Parc et jardins

 



  • Recréer un parc paysager pour faire dialoguer l'architecture avec la nature

Inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 2005, le parc du Château de Bignicourt-sur-Saulx est l’objet d’une attention toute particulière.  En effet, si les archives font mention dès le XVIIIe siècle d'un vaste domaine paysager, il n'en subsiste plus aujourd'hui que la majestueuse allée de marronniers séculaires; le reste de l'ensemble ayant été abattu par la famille d'exploitants forestiers qui rachète le domaine en 1951. Vouloir recréer un parc paysager à Bignicourt, c’est vouloir faire dialoguer l’architecture imposante du bâti avec la nature environnante. Si le château est un joyau néoclassique, le parc doit être son écrin; ensemble ils doivent former un modèle d’harmonie entre architecture et paysage.


  • L'expertise de L'Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles

En 2012, douze étudiants de la formation Conception de jardin dans le paysage de l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles ont relevé le défi de concevoir douze projets pour l’aménagement du parc. La demande formulée était de «joindre l’utile à l’agréable et de concevoir des jardins pour qu’ils soient beaux et productifs». L’objectif à terme est de proposer au public et notamment aux hôtes séjournant au château un lieu d’exception et de curiosité tout en permettant une production de légumes, fruits et fleurs pour les besoins de la structure d’hébergement. Les douze projets présentés concilient savoir-faire et créativité et offrent la perspective d’un aménagement harmonieux participant à part entière à la mise en valeur du Château de Bignicourt.


  • Le projet retenu : "Le jardin de l'Infini"de Baptiste Salliou

Le diagnostic initial réalisé par Baptiste Salliou, paysagiste du château de Bignicourt, met tout d’abord en évidence les forces du lieu comme la monumentalité et l’identité forte du château ou encore l’effet de curiosité qu’il suscite. Parmi ses faiblesses, il note l’absence de dialogue et de mise en scène entre le jardin et le grand paysage (église, village, canal), le manque de cohérence du parc avec des entités sans liens entre elles ou encore la monotonie du paysage.

Le projet d’aménagement du parc intitulé «Le jardin de l’infini» met en évidence la situation du château dans cette région du Perthois. Celui-ci est à la lisière de deux paysages: celui de la grande culture céréalière au sud et celui plus sauvage de la forêt et de l’eau au nord. Ces deux ambiances coexistent d’ailleurs au sein même du parc du château ; elles déterminent les lignes directrices de l’aménagement du futur parc du château.

Découvrez le projet retenu: